Avertir le modérateur

05/08/2011

Demain n'existera pas ...

12h18 : Mon sms est parti … « ce n’est pas la vie dont j’avais rêvé pour nous deux, mais tu ne m’entends plus. Je n’ai plus la force, alors je pars… Nous aurions pu être heureux, je le sais. Vraiment. Ne nous oublie pas ». Eteindre son téléphone de peur de voir qu’elle ne répond pas. Espérer un instant qu’elle est au surf et qu’elle ne l’a pas encore reçu. 14h, 15h, 16h… Se sentir comme la veille d’une grave opération : vide de sens, vide de force, vide d’espoir. Se dire qu'elle n'est pas comme ça, que son coeur lui guidera de répondre. Prier cet inconnu maintenant ...


Et puis les mirages : ce couple sur la pelouse ce pourrait être nous, celui qui joue avec son petit aussi, ces amoureux qui s’embrassent, ces jeunes qui courent les pieds dans l’eau, ces deux là à vélo qui se tiennent la main,  ces badauds en course rue Ste Cat …
Rèver de sentir son corps, de lui faire l'amour, de la câliner au petit matin, de la dorloter le soir avec les petits amis...


Et puis les coups de couteaux ! Atroces mais indispensables : passer devant cet appartement où nous avons été si heureux, devant, derrière, une fois, deux, dix, cent… le magasin Roxy où je l’attendais à la sortie, le Carrefour-Market, son école, nos bistrots, la rue St Rémi, même la station de VCub et le tramway, les quais de nos balades…


Et puis cette obsession : être tellement sûr que nous aurions pu vivre heureux, longtemps, construire et rêver ensemble que son obsession à ne pas y croire devient comme une drogue, qui fait chercher chaque minute comment lui dire, comment la convaincre… qui fait devenir complètement fou !!!!. Se dire que l'on a tout essayé du rire au sentiment dans ses messages et ne plus savoir... Imaginer ce qu’elle ne dit pas, espérer ce qu’elle ne veut pas dire, détester ce qu’elle dira… Vouloir HURLER « Mais écoute moi au moins ! ».


Et puis la longue descente aux enfers : se dire que tout aurait été possible si elle l’avait voulu, il aurait suffit de chercher ensemble la solution. Imaginer cette vie à deux aussi tendre et amoureuse que la précédente. S’y croire par instant tant l’espoir est violent. Et le ventre qui n’est que douleurs et spasmes, l’esprit qui n’est que noirceurs fatales, les yeux qui rougissent et qui trahissent, vouloir s’accrocher comme un noyé à une bouée qu’elle enverra ce « je sais maintenant que c’est toi dont j’ai besoin », ce « attends-moi », ces « viens vite » ou « j’arrive », ou même ce « je suis là pour toi »…. avant qu’il ne soit trop tard… Descendre encore : l'imaginer dans les bras d'un autre, ne plus croire à ses derniers messages, douter de ton coeur ... Se sentir inutile pour elle ...


Je ne sais même pas si un jour elle lira ses mots…

je n’aurai sans doute plus la force de lui dire que je lui ai écrit, que je l’aime plus que ma vie, et que mon unique dessein est de la rendre heureuse. … 

 

Toi lecteur anonyme si tu lis ce message dis le lui … Vite …

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu