Avertir le modérateur

05/08/2011

G comme ... Plage !

La carte de Météo-France sur TF1 est sans équivoque : grand soleil toute la journée !
Déjà sur la capitale du Bordelais la chaleur se fait sentir. Au frais dans ma chambre d’hôtel, juste habillé de ce petit caleçon que nous avons en commun avec ma Princesse je laisse mes doigts dessiner une après-midi près de chez son frère …


Ma « colombo’s car » n’est plus à ça prêt ! deux heures de route de plus ce n’est rien comparé à la chance de peut-être la croiser sur le sable. Mais sans climatisation et abruti par le bruit du moteur encore si vaillant l’impatience de se jeter à la mer est trahie par une sudation qui risque de mettre à mal les qualités de mon déo ! Il est bientôt quatorze heures et déjà sur le parking de la plage les camping-cars et les voitures chargées ont pris toutes les places disponibles … Serviette sur l’épaule, bouquin choisi hier chez Mollat, bouteille de Vittel, lunettes foncées, short acheté par ma Sirène, je descends chercher la fraicheur des vagues au milieu des cris d’enfants.


Je me demande si je ne risque pas de piquer un petit roupillon. La nuit a été courte mais tellement belle : j’ai rêvé de dormir près de ma Princesse … Ce matin je me suis réveillé en sentant son corps chaud au creux de mes bras,  sa lente et calme respiration rythmant mon bonheur de la sentir collée à moi, j’ai respiré l’odeur câline de sa peau fraiche et soyeuse, j’ai guetté sur son visage l’esquisse de son premier sourire, celui qui trahira dans ses yeux encore embrouillés toute sa tendresse et son abandon. Comme je l’aime cette petite femme … Si elle savait comme je l’aime …


Allongé lascivement sur le sable j’écoute les parents courir après les enfants excités par les vagues et les pères creuser religieusement les fameux « trous » que tout parent se doit d’exécuter en espérant que leurs rejetons les apprécieront autant qu’eux ! Je tente de lire quelques pages de mon livre mais progressivement mon esprit s’envole … à moins que ce ne soit le sommeil qui m’attaque …


… La nuit tombe doucement sur les dunes de Capbreton… Ma princesse marche devant nous avec celle qui porte cet enfant qui la transformera dans six mois en « tata » et sur laquelle elle porte une attention toute maternelle, comme investie d’une mission de surveillance. Elles marchent d’un même pas et se confie des secrets que nous les hommes, cantonnés à l’arrière, n’avons pas à connaître… Les présentations d’hier soir se sont finalement beaucoup mieux passées que je ne le craignais. J’avais révisé tous les sujets à éviter, tout ce qu’il ne fallait pas dire, tout ce qu’il ne fallait pas faire … Non rien de tout ça !... Ma Princesse m’a présenté avec naturel et décontraction, j’étais à la fois fier, inquiet et heureux de pouvoir enfin mettre un pied dans sa famille. Rapidement je crois, notre passion et notre tendresse ont éclaté et c’est dans un climat détendu que nous avons passé le début de cette soirée dans les rires, les jeux, des débats même ! Lorsque l’amour est évident il n’y a aucun préjugé qui puisse résister.


« Je sais que tu as eu du mal à te faire à l’idée … », je suis décidé à lui expliquer mon amour, à lui raconter combien je tiens à ce petit bout de tendresse …
« Lorsqu’elle est venue me trouver un soir pour me dire qu’elle était amoureuse de moi, je ne l’ai pas cru. Et puis elle est revenue. Et je ne peux pas te dire pourquoi j’ai senti que quelque chose que je ne maitriserais pas allait m’emporter dans une passion aussi incroyable qu’improbable.

Oh ne crois pas que je me sois précipité ! au contraire, j’avais si peur de la casser, de l’abimer, de lui faire de la peine que je répétais dans ma tête pendant des heures nos rencontres et bien évidemment rien ne se passait jamais comme je l’avais imaginé !
Tout doucement elle m’a apprivoisé ! nos premières promenades à Arradon, nos soirées crêpes, nos virées sur les quais de la Trinité ou devant les bateaux à Etel …
Et puis nos premières escapades pendant des weekends …
Tout doucement nous avons appris à nous faire confiance et tout naturellement nos corps se sont retrouvés. Un niveau degré d’intimité …
Nous avons vécu ensemble à Bordeaux, partagé une vraie vie de couple, elle a supporté mes soucis de famille, de boulot, mon sale caractère, mes sautes d’humeur … J’ai appris à apprécier son coté Princesse, sa fougue et sa franchise parfois très nette …
Aujourd’hui, je ne conçois pas de vivre loin d’elle. Et je sais qu’elle aussi a besoin de moi… »


Quelques moments de silence ponctuent l’importance de cette dernière déclaration. Je le sens sensible à notre histoire, il a l’intelligence du cœur qui permet de comprendre la passion au-delà de toutes les différences et de tous les préjugés … Il a cette générosité qui interdit de juger sans savoir, de condamner sans connaître, de mesurer sans comprendre.
 

Nous avons fini par rentrer tous les quatre, nous donnant la main deux à deux, comme deux couples qui s’aiment, deux couples qui veulent construire une vie d’amour et de tendresse …
Il sait combien je l’aime …


Je vais prendre un coup de soleil moi !!

(et la femme de chambre va me mettre dehors !!)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu