Avertir le modérateur

05/08/2011

S comme ... Sous l'eau ?

Lire aussi ce texte maritime ...

 

20 ans ça se fête non ? 

Nous partons avec mon fils plonger dans cet océan breton aux couleurs d'été.... et avec toi ...

Le zodiac surmotorisé laboure d’une vague puissante la mer bleuie par un vif soleil d’été. Assis sur le boudin bâbord je n’en mène pas large ! Engoncé entre une combinaison, une sur-combinaison et un harnais, je regarde arriver à grande vitesse cet ilot rocheux où nous allons plonger … pour la première fois.  Mon appréhension dévore ma curiosité, mais ma détermination efface mes derniers remords de ne pas être resté devant Derrick à la télévision !

Je t’aurais serré contre moi pour me rassurer, tu aurais joué les stars en frimant de décontraction … je pense à toi …

 

Nous sommes quatre avec Pierrot, notre mono au look SDF, cheveux longs, ventre rondelet et bronzé, humour de camping et bonne humeur commerciale. Les deux autres participants n’en sont pas à leurs débuts et écoutent religieusement les derniers conseils de prudence avant de s'harnacher et de plonger vers les fonds sombres et rocailleux. Je m’attendais, à notre tour, à un vrai check-up technique et à des exercices de préparation : rien du tout ! « Vous sautez dans l’eau, je vous colle la bouteille et on y va ! ». Plus le moment de reculer devant mon fils plus fier sans doute que rassuré, palmes masque cagoule et plouff …

 

« On descend tous les trois le long de la corde jusqu’à six mètres, vous me regardez pendant la descente et vous faites les exercices pour déboucher Eustache ! ». Je me sens terriblement oppressé avec cet embout de plastique entre les dents, n’ose pas descendre sous les remous clapotants, essaye de me concentrer sur mes palmes qui batifolent sans s’occuper de moi, force ma respiration à un rythme moins névrosé, cherche la décontraction d’un vieux loup des profondeurs et descend le long de la corde… Pierrot a l’air ridicule sous l’eau avec ses yeux de grenouille et sa tignasse en algues tressées ! mais je ne dois pas être beaucoup plus sexy !!

Je t’imagine dans une nuée de lumière sous-marine, les cheveux ondulant dans le reflux, le sourire esquissé et les yeux aux couleurs du plaisir… Je pense à toi …

 

Les deux autres plongeurs me font escorte et me guident vers les fonds hostiles ! Hyper concentré sur mon souffle je ne vois rien du tout malgré leurs gestes amicaux et la fascination qu’ils espèrent transmissible de la beauté des lieux : étoiles de mer, coquillages, poissons, crustacés et crevettes peinent à m’arracher une décontraction qui aurait été salutaire… Pierrot me tapote les jambes pour me rassurer, je sursaute, stresse, respire dans tous les sens, l’eau pénètre dans le masque, mes yeux flottent, mon nez se bouche, je palme… tant et si bien qu’il doit me poursuivre pour me ramener dans le giron du groupe !

Je me serais collé à toi pour admirer ma sirène d’amour et t’attraper la main ! nous aurions joué ensemble de cette apesanteur sensuelle et dans ce monde de plaisirs nouveaux… Je pense à toi …

 

Mon fils est allongé sur le fond coquillagineux et me regarde fièrement. Pierrot m’invite aussi à cette exercice que piqué au vif je m’empresse de tenter. Mais sans doute Dame Nature m’a-t-elle affublé d’un popotin hors normes parce que je n’arrive pas à le faire descendre et me retrouve crapoteusement accroupi sur le sable dans une posture que visiblement les masques de mes voisins empêchent de rendre hilares ! Les palmes se mélangent, les bras moulin-à-vent-isent dans tous les sens, je cherche un équilibre improbable, brasse, tounevolte, saut-périlleutise, culbute, souffle par le nez, pirouette … La main puissante de Pierrot ma ramènera dans un monde vertical soumis à la loi normale de la gravité de la pomme !!

P’ti cul tu me disais ! tu parles … Je t’imagine en train de te moquer de moi … Je pense à toi …

 Le temps passe, je finis pas trouver mes marques et une certaine forme de sérénité. L’étau de mes gardes du corps se desserre subrepticement, je commence à voler de mes propres palmes… Soudain le plaisir ! je me sens bien, détendu, je flotte délicieusement et m’offre même quelques pirouettes (oh très très soft !) dans l’eau fraiche de la mer descendante. Je me laisse jouer des reflux pernicieux de la mer, farfouille dans les algues et les interstices poissonneux. Heureux, mon esprit s’envole … 

Je regrette de ne pas partager ce bonheur avec toi, je nous imagine… 

 

Près d’une étoile de mer au rose corailleux, dans un petit coin de sable fin protégé de ces algues filandreuses, je dessine timidement un petit cœur de mon doigt blanchi par le sel… deux initiales… Je dépose un baiser de mes yeux soudain affadis par une violente poussée amoureuse…Ici aussi je t’aime …

 

 

La demi-heure passée, retour à la corde pour un retour au réel. Mon corps s’est nettement rafraichi malgré l’épaisseur des combinaisons. Je croise mon fils transfiguré de plaisir et complètement dans son élément. Je crois que le cadeau a porté et qu’il se souviendra longtemps de ses vingt-ans sous la surface… davantage j’espère que des péripéties de son père ! Surtout sur l’échelle de remontée dans le bateau ! mais quelle idée ces palmes !! des goglus patauds et ridicules qui essayent de gravir un zodiac, fesses en l’air, dans des positions impossibles à décrire tant elles sont hors d’une géométrie connue et avec vingt kilos sur le dos ! Quelle honte lorsque Pierrot remonte d’un bond léger et professionnel dans le bateau nous laissant le soin de mesurer toute l’étendue de notre inélégance caoutchouteuse… Quant à l’opération consistant à se dépouiller de nos secondes peaux collantes je préfère ne rien relater ici …

Je t’aurais aidé à retirer ta combinaison, tu arborerais un sourire de bonheur et de satisfaction, tu serais encore plus belle … je pense à toi …

 

Les petites galettes de La Trinitaine caressent nos estomacs en manque et délient les langues. Chacun y va de ses aventures et on devine dans leurs exagérations les plaisirs que chacun y a découvert. Pour une fois je ne la ramène pas trop, conscient d’avoir été plus pitre que poisson, plus guignolet qu’amphibie… mais fier d’entendre mon rejeton s’extasier de ses exploits et magnifier toutes ses nouvelles impressions.

« Tu sais que j’ai pensé à toi sous l’eau ? Ben ça fait pareil qu’en surface ! ». Mon sms traduira à peine mon plaisir d’avoir été « baptisé » mais ma peine de n’avoir pas partagé avec toi le plaisir de cette découverte.

Chaque beau moment de ma vie est à tes couleurs, et je sais maintenant que même sous l’eau … je continue à t’aimer … 

Quelque part au large de La Trinité, sous des algues riches de couleurs fugaces, une étoile de mer veille sur mon secret… un petit cœur que j’ai dessiné pour toi …Je t’aime ma Princesse … et je continuerai à t’attendre …

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu