Avertir le modérateur

05/08/2011

S comme ... Ton Héros ou comme Surf ?

28 degrés à l’ombre, un parfum d’été et de vacances ensorcelle les habitants. Les enfants crient et jouent dans le bassin, les ados dans des pauses lascives s’abandonnent sur les pelouses, des adultes rollent torse-nu dans une nuée de badauds …
Le voyage a été un peu pénible dans ma voiture « colombo » ….


« Autoroute … Je sais que tu ne viendras pas.
Mais
… " … je me surprends à attendre ton appel … "… » 
Comme un écho à l’un de mes tous premiers sms avant que ne se déchaine la tempête de notre passion, comme si ces quelques mots des milliers de fois ressassés avant de les écrire pouvaient nous rapprocher ma Princesse …


« Surf aujourd’hui ! viens si tu veux … »
Wahou !! Comme un apnéiste qui retrouverait de l’air, une bouffée violente de vie s’engouffre dans mon corps en arrachant tout sur son passage ! Mon pied a enfoncé l’accélérateur sans le vouloir, mes yeux se sont embuées de lacrymales, je tremble d’excitation et éructe un long et énorme cri devant les autres automobilistes décontenancés devant les barrières de péage ! L’officier de police s’approche rapidement et demande vertement des explications : « je vais retrouver la femme que j’aime ! » lui crie-je. Il doit lire toute ma passion, toute mon excitation, toute ma folie, toute ma joie, toute mon bonheur sur mon visage irradiant et presque heureux pour moi lance un complètement improbable « je ne devrais pas mais … FONCEZ ! »


Comment va-t-on se retrouver ? Que vais-je lui dire ? Comment va-t’elle me trouver ? Comment lui dire ? Quoi lui dire ? Dois-je lui sauter dans les bras ? Dois-je lui tendre les miens ? Dois-je rester distant ? Dois-je juste lui sourire ? … Tout se bouscule dans ma tête soudain névrosée de tant de questions. J’ai deux heures pour trouver … et évidemment je ne trouverai pas …


Elle est sur la plage, avec encore le bas de sa combinaison qui lui moule son popotin si délicieux si rond si sensuel si … Calme toi Doune !! Un haut de couleurs affiche la délicatesse de ses petits seins sur une peau plus nacrée que bronzée. Ses cheveux sont hirsutes et lui dessine ce petit air sauvageon qu’elle sait me faire craquer malgré elle … Son sourire étincelle  de plaisir et de douceur, explose de bonne humeur … Elle est canon ma Princesse !

Mais elle n’est pas seule … L’angoisse me broie le ventre, je ne me sens pas bien, mon cœur s’affole, mon regard se désoriente, ma main tremble, je suffoque …. Elle arrive vers moi, je ne sais plus ce que j’avais prévu de dire, ce que j’avais prévu de faire, je en sais plus rien … Mon Dieu aidez-moi !
 

Elle s’arrête à quelques mètres de moi. Lentement, silencieuse, elle me dévisage, de bas en haut. Son regard se plante dans mes yeux, je suis tétanisé. Elle ne bouge plus ... Et tout doucement, insensiblement, subrepticement, un léger sourire nait dans ses lèvres rosies par l’eau de mer, un sourire qui lentement, progressivement, enflamme son visage … Une nuée enveloppe sa silhouette comme une apparition, je ne la vois plus, je la sens, je la ressens … Je n’en peux plus, je lache tout, je respire et … je fonce vers elle en criant son prénom !! je me jette dans ses bras, elle me serre, elle soupire, je voudrais la manger, virevoltes, portés, pressions, étreintes … Nos lèvres se cherchent affolées, nos bouches s’entrouvrent, nos langues se touchent, nos corps se collent, nos âmes se recollent … ensemble … enfin …


La présentation de « son Doune » au reste du groupe m’a galvanisé. Je me sens pris d’une énergie et d’une envie de vivre qui doit me métamorphoser au regard de ses amis … mais de là à me lancer dans le surf ….


La combinaison est un peu grande, tant mieux on verra moins que j’ai abusé des patates sautées la semaine dernière ! Ludo m’a prêté sa planche et après les conseils pour le moins incompréhensibles et touffus de ce brouhaha de jeunes surfeurs, je colle aux talons de ma Princesse vers les premières vagues à la conquête de nouveaux plaisirs, enfin je l’imaginais ainsi … Le pied gauche dans l’eau me rassure déjà sur la température, on est dans le sud ! mais le bruit des vagues sourd et incessant fait monter la pression. D’autres apprentis maudissent l’instabilité de ces petites planches sous les regards autorisés de leurs compagnes ou compagnons. Le surf est-il est un sport de couple ?... Je sens dans mon dos la bande prête à profiter du spectacle de ce Doune sorti d’on ne sait où … Et bien accrochez-vous parce que je suis capable de tout pour ma surfeuse d’amour !!


Et moi qui pensais que le surf était un sport de planqué où on se dorait au soleil en attendant La Vague, celle qui fera de vous un héros, mais qui ne nécessitait pas plus d’énergie que pour un championnat de pétanque ! Mais Dieu, de se rendre au large à la force des épaules est proprement exténuant ! En plus à chaque vague on se retrouve à sa position précédente et donc tout est à refaire ! Je comprends pourquoi ma Princesse a ces épaules de rêve ! L’endroit est parait-il optimum, et j’écoute avec une extrême attention les derniers conseils de ma prof, ponctués par quelques bisous tendres et câlins quand même … « … Je te dirai quand te lancer … », …, « GO ! » : je rame de toutes mes forces comme un thon qui aurait vu un cachalot lui foncer dessus, la vague me soulève, je m’accroche à la planche, tente de me redresser au moins sur les genoux, crie un « j’y arrive, j’y arrive… » présomptueux et me retrouve sous l’eau avec ce foutu morceau de bois accroché à la cheville et la honte de devoir me représenter à la surface !! Ridicule !!


Deuxième essai : cette fois c’est la mer qui ne m’aime pas non plus ! Les vagues partent sans moi ! Alors je me retrouve derrière à ramer comme un fanatique grotesque … Même d’ici j’entends les quolibets dont je dois être l’objet là-bas sur le sable … Tant pis. Troisième essai : cette fois parti trop tôt et sans regarder je suis tétanisé par le hurlement paranoïaque d’un surfeur visiblement nettement meilleur que moi et dont j’aurais coupé la route …. Ma Princesse est complètement hilare et peine à reprendre un minimum de sérieux pour me donner de nouveaux conseils ! Mais elle trouve la faille : « … si tu y arrives maintenant nous passons la soirée en tête-à-tête ! sinon on partage la paella avec les autres !... ». Alors là, mon petit Doune, plus droit à l’erreur.


L’œil mi-clos d’un vrai surfeur j’observe les vagues qui se préparent. Comme pour un bon plat, il faut de bons produits, pour mon ride de légende il me faut la vague de légende ! Je ressasse toutes ses instructions, ses commentaires, ses réprimandes … J’essaye de m’imaginer déjà sur la planche et je visualise tous mes gestes … Je regarde les pros qui passent … Je me dope à la soirée prometteuse … Je lis ma force dans son regard amoureux … Et j’y vais !!


Elle a l’air parfaite, souple, majestueuse, profonde mais amicale. Les prémisses de la vague me soulèvent délicatement ... Un rapide coup d’œil sur les environs afin qu’un avorton de surfeur ne vienne pas compromettre mon exploit … Je commence à agiter les bras pour me positionner, j’entends le bruit de la mer dans mon dos qui se prépare à m’emporter, j’accélère sans penser à rien, le bruissement de la vague, la cambrure de la planche, le souffle du vent, le cri de ma Princesse, j’y vais, j’y vais !! Je résiste, je croche les bords de la planche, je souffle, je saute, je stabilise, je regarde la vague, je pense à Dieu, je me lève, debout, pas très droit, je sens la planche sous mes pieds, je glisse, je glisse !! c’est génial !! je joue de mes orteils, je danse sur la vague, je rie, je crie, j’y arrive, ma Princesse, j’y arrive !!!.....
 

Je pleure en sortant de l’eau … et n’aurai même pas à m’en excuser … Elle pleure et me serrant dans ses bras. Sans doute ma position n’a-t-elle pas été très académique, sans doute ai-je magnifié mon exploit … Mais je me sens si heureux que je ne doute plus que le paradis soit sur terre dans ces moments de bonheur partagé ….

Sur la plage toute la bande est débout et applaudit le retour du héros au bras de sa déesse de la mer. Et même si j’en rajoute un peu, je dois avouer que je suis très fier de moi ! Mais surtout le regard amoureux et admiratif de ma sirène (quoiqu’il manque aux sirènes quelque chose d’essentiel pour nous deux …) me dope d’une envie de m’époumoner à dire combien je suis heureux et combien son simple sourire sur ce visage bronzé trahissant son moment de béatitude suffirait pour toute une vie ….
 

Maintenant une soirée câline en tête-à-tête nous attend … Mais chutt !!! c’est secret …


Je ferai tout pour toi ma Princesse … Tout …

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu